L’atterrisseur Phoenix en hiver
NASA/JPL/L’Université d’Arizona
L’atterrisseur Phoenix en hiver
ESP_014393_2485
Anglais   Espagnol 

twitter  •  facebook  •  google+  •  tumblr
Puisque l’atterrisseur Phoenix a commencé à avoir un aperçu du Soleil vers la fin de l’hiver dans l’hémisphère nord, HiRISE a décidé d’essayer d’imager le site malgré les faibles niveaux de lumière. La puissance de la caméra HiRISE nous a aidés à le voir, même dans ces conditions difficiles.

En recoupant les images avec la position connue de l’atterrisseur, nous pouvons identifier l’appareil, même déguisé par le gel et un mauvais éclairage. Pour aggraver les choses, certaines de ces images sont également de mauvaise qualité à cause de la brume atmosphérique, qui obscurcit souvent la surface à cet endroit et pendant cette saison.

Dans cette image, l’albédo (luminosité) n’indique pas nécessairement la quantité de givre. Gardez en tête que chacune de ces images est échantillonnée différemment pour obtenir un contraste optimal, donc «clair» et «noir» ne peuvent pas être comparés directement entre les images sans faire d’étalonnages complexes. En fait, si vous échantillonniez chacune exactement de la même façon, les zones les plus sombres des images ESP où le givre couvre tout sont encore plus lumineuses que le sol typique, comme celui qui entoure l’atterrisseur dans l’image sans gel.

De plus, d’autres facteurs affectent la luminosité relative, comme la taille des grains individuels de glace carbonique, la quantité de poussière mélangée à la glace, la quantité de lumière frappant la surface, et les divers angles d’éclairage et de pente. Les vents sont en train de changer de direction et de force, déplaçant le gel libre et la poussière avec le temps. L’étude de ces changements nous aidera à comprendre la nature du gel saisonnier et les conditions météorologiques hivernales dans cette région de Mars.

La quantité de givre carbonique augmente alors que vient la fin de l’hiver et le début du printemps, de sorte que la couche de givre s’épaissit dans chaque image, enveloppant lentement l’atterrisseur. On s’attendait à une épaisseur maximale de l’ordre de quelques dizaines de centimètres, qui aurait atteint son pic en septembre 2009.

Malheureusement, le Mars Reconnaissance Orbiter était au milieu d’un mode sûr de longue durée à la suite d’une anomalie de la sonde, et HiRISE n’était donc pas en mesure de capturer une image à ce moment-là.

Traduit par : Pierre Paquette (Astronomie-Québec)
 
Date de l’acquisition
22 août 2009

Heure locale sur Mars
1:44 PM

Latitude du centre
68°

Longitude (Est)
234°

Distance du site visé
313 km

Échelle de l’image originale
31 cm/pixel (avec un binning de 1 x 1) donc les objets d’environ 94 cm sont résolus

Échelle de la projection
25 cm/pixel

Projection cartographique
Stéréographique polaire

Angle d’émission


Angle de phase
87°

Angle d’incidence de la lumière
84°, avec le Soleil environ 6° au-dessus de l’horizon

Longitude du Soleil
325°, hiver du Nord
JPEG
Blanc et noir
projeté  sans projection

Couleur IRB:
projeté  sans projection

Couleur combinée IRB:
projeté

Couleur combinée RGB:
projeté

Couleur RGB:
sans projection

JP2 pour télécharger
Blanc et noir:
projeté (378 MB)

Couleur IRB:
projeté (147 MB)

JP2 EXTRAS
Blanc et noir:
projeté  (169 MB)
sans projection  (125 MB)

Couleur IRB:
projeté  (37 MB)
sans projection  (126 MB)

Couleur combinée IRB:
projeté  (59 MB)

Couleur combinée RGB:
projeté  (52 MB)

Couleur RGB:
sans projection  (113 MB)
Etiquettes pour les images
Blanc et noir
Couleur
Couleur combinée IRB
Couleur combinée RGB
Images EDR

Faire glisser les liens pour HiView; ou cliquer pour télécharger.

NB
IRB : infrarouge–rouge–bleu
RGB : rouge–vert–bleu

Politique générale d’usage
Toutes les images HiRISE sont libres pour le public pour utilisation personnelle ou professionnelle. Si vous êtes un agent de publicité, nous vous demandons cette attribution:
Image: NASA/JPL/University of Arizona (ou L’Université d’Arizona)

Addendum
Le Jet Propulsion Laboratory (JPL) de la NASA est responsable de diriger la sonde Mars Reconnaissance Orbiter. L’appareil a été construit par Ball Aerospace & Technologies Corp, et sa fonctione est contrôlée par l’Université de l’Arizona.